Notaires vénitiens au Moyen Orient (1360-1520) - Civilisation et commerce en Méditerranée

Vers la fin du Moyen-Age, Alexandrie était le plus important centre d’échanges sous autorité Musulmane. Sous l’égide de la République de Venise, des notaires latins étaient envoyés passer des documents légaux dans cette ville-port égyptienne. Ils fournissaient des services à tous les marchands présents en ville, provenant de plus de 60 lieux d’origine différents. A travers une analyse en profondeur de cette source légale, ce projet propose une alternative aux approches courantes à l’histoire de la Méditerranée, menées depuis la perspective des rapports bilatéraux, ou focalisant sur la composition et le fonctionnement de groupes isolés. Elle propose d’explorer le domaine de l’interaction entre des groupes définis institutionnelle ou légalement, comme les nations marchandes (Venise, Gênes, Catalogne, Naples, Montpellier, Florence et d’autres) et ceux basés sur l’appartenance ethnique ou religieuse, comme les communautés chrétiennes orientales, les Juifs locaux et ceux du monde vénitien, les Grecs ou les Musulmans en provenance du Maghreb ou d'al-Andalus.

un notaire Vénitien passant des actes "in via publica", ASVe, NT 733, © ASVe 2017

 

Notaires Vénitiens est un projet de recherche développé depuis 2004 avec le soutien du Research Council de l’Institut Universitaire Européen, ansi que de deux bourses de recherche du Ministère Espagnol de l’Education et de la Commission Européenne (Marie Skłodowska-Curie Actions). Le centre du projet est une base de données, consultable en ligne, à travers un moteur de recherche conçu spécialement pour le projet. Le but du projet est de mettre en ligne information biographique, toponymique, économique et juridique en provenance d’un ensemble de plus de 1500 actes notariés passés par les notaires envoyés par le gouvernement de Venise à Alexandrie d’Egypte et à d’autres villes du Moyen Orient (XIVe-XVe siècles)